vendredi 23 août 2013

Nos étoiles contraires de John Green




Nos étoiles contraires
de
John Green

Roman Young Adult
330 pages
16.50€
Nathan, 21 février 2013







Hazel, 16 ans, est atteinte d’un cancer. Son dernier traitement semble avoir arrêté l’évolution de la maladie, mais elle se sait condamnée. Bien qu'elle s'y ennuie passablement, elle intègre un groupe de soutien, fréquenté par d'autres jeunes malades. C’est là qu’elle rencontre Augustus, un garçon en rémission, qui partage son humour et son goût de la littérature.
Entre les deux adolescents, l'attirance est immédiate. Et malgré les réticences d’Hazel, qui a peur de s’impliquer dans une relation dont le temps est compté, leur histoire d’amour commence… les entraînant vite dans un projet un peu fou, ambitieux, drôle et surtout plein de vie.


J’avais acheté ce livre dès sa sortie, les avis que je voyais étaient unanimes, les citations me plaisaient, je n’ai donc pas hésité à le commander, puis il a attendu dans ma Pal, pourquoi je ne sais pas.
Lors du « week-end à mille » organisé par Lili bouquine je l’avais sélectionné sans me souvenir du sujet, je n’ai pas non plus lu la quatrième de couverture, vous allez trouver ça étonnant mais je ne lis que très rarement les quatrièmes de couverture avant de commencer un livre, je n’aime pas les spoiler et je préfère avoir la surprise totale, je ne m’attendais pas du tout à être bouleversée à ce point, je ne sais pas si j’arriverai à vous décrire les sentiments par lesquels je suis passée lors de cette lecture mais je vais faire au mieux.

Hazel Grace a 17 ans, elle a un cancer de la thyroïde avec des métastases aux poumons, elle survit grâce à un traitement expérimental et ses bonbonnes d’oxygène. Sa mère, trouvant qu’elle passait beaucoup trop de temps enfermée dans sa chambre à lire et relire le même livre, la persuade de s’inscrire à un groupe de soutien.
Pour faire plaisir à ses parents elle s’y rend, c’est aussi l’occasion pour elle de voir son ami Issac atteint d’un cancer des yeux. Lors d’une des réunions hebdomadaires Isaac amène un de ses amis, Augustus Waters, jeune homme en rémission d’un ostéosarcome.

A lire le résumé vous pourriez vous dire que cela va être un livre larmoyant sur le cancer et bien non, c’est bien plus que ça, oui on parle du cancer mais pas dans le sens où on pourrait le croire.

Hazel, l’héroïne et la narratrice du roman est une jeune fille intelligente et lucide, elle est directe dans ses propos, elle possède un humour noir, elle aime lire et surtout un livre en particulier, elle a une vision réaliste de son cancer. Courageuse elle affronte ses traitements avec dignité, sa plus grande inquiétude étant de faire souffrir les gens qu’elle aime. C’est un personnage qui m’a énormément touchée.

Augustus est un jeune homme spontané, possédant une joie de vivre communicative, il a lui aussi beaucoup d’humour, il va entraîner Hazel à vivre ses rêves, de petites en grandes intentions, de blagues en sourires une belle relation va se nouer entre Hazel et lui. J’y reviendrai ensuite.

Les autres personnages m’ont tous convaincue, que cela soit les parents des héros, Isaac un personnage que j’ai beaucoup apprécié, Patrick l’animateur des séances de soutien, tous apporte un présent au livre, l’enrichissant par l’amour ou l’humour.

Si à première vue on pourrait penser que ce livre est une ode à la mort il n’en est rien, c’est une ode à la vie, la vraie, pas celle qu’on se contente de vivre mais celle qu’on se donne les moyens de vivre, c’est un livre sur l’amour, le grand, le pur et bel amour avec un grand A
Au fil des pages on vit la relation entre Hazel et Augustus, pas une histoire larmoyante, même si les larmes ont coulé plus d’une fois, mais l’histoire d’un amour profond, sincère et respectueux de ce que l’autre veut et souhaite. 


John Green est un magicien des mots, on passe du rire aux larmes en une fraction de seconde, il traite d’un sujet grave, chez des jeunes gens qui plus est, mais ne tombe à aucun moment dans la surenchère, c’est doux et percutant, c’est la joie qui se mêle à la tristesse, la beauté de la vie qui croise l’horreur de la mort.
C’est bizarre à lire si vous ne l’avez pas lu mais c’est marrant et effrayant, c’est doux et dur, autant de sentiments contraires mais forts qui m’ont accompagnée pendant ma lecture et pendant plusieurs jours après, il y a des phrases de l’auteur que je n’oublierai jamais.

Avec des mots très simples, l’auteur écrit des sentiments authentiques, décrit des pensées intimes, fait part de l’angoisse et du découragement mais aussi de la joie de vivre et de l’acharnement, de ces moments où on a l’impression que l’on va étouffer de peurs et de ces autres où l’on oublie le mot maladie car non quand on est malade on ne perd pas forcément la joie de vivre et oui on continue de rire et sourire, non on n’y pense pas tout le temps oui on vit ! 



Justesse et sobriété sont deux mots qui me viennent à l’esprit pour caractériser l’écriture de John Green, j’ai adoré ce roman, c’est un coup de cœur, un gros, il fait dorénavant partie de mes livres chouchous.

Je pourrais vous parler encore et encore de ce que j’ai aimé dans le livre, de ce qui m’a tant bouleversée mais continuer ce serait trop vous dévoiler ce magnifique bijou qu’est ce livre.

Je le conseille aux adultes comme aux adolescents. Un livre à lire et à méditer.

Quelques citations

« Mes pensées sont des étoiles qui ne veulent plus former de constellation »

« Tu m'as offert une éternité dans un nombre de jours limités, et j'en suis heureuse »

« J'ai l'impression d'être une grenade, maman. Je suis une grenade dégoupillée et, à un moment donné, je vais exploser. Alors j'aimerais autant limiter le nombre de victimes ! »

« Certains infinis sont plus vastes que d'autres. »

«(…) je sais que l’amour n’est qu’un cri dans le vide, que l’oubli est inévitable, que nous sommes tous condamnés, qu’un jour viendra où tout ce qu’on fait retournera à la poussière. Je sais aussi que le soleil avalera la seule terre que nous n’aurons jamais et je suis amoureux de toi. »

« Je suis tombée amoureuse pendant qu’il lisait, comme on s’endort : d’abord doucement et puis tout d’un coup. »

Informations autour du livre et de l'auteur : 

John Michael Green, né le 24 août 1977 est un auteur américain de fiction pour jeunes adultes et un vidéo blogger sur YouTube avec son frère Hank Green. Il est aussi numéro 1 de la liste des meilleures ventes du New York Times. (source wikipedia)


Il y aura une adaptation cinématographique du livre, une filiale de la 20th Century Fox a acquis les droits. On commence à voir sur la toile les acteurs qui joueront dans le film (article à venir)

Une illustration qui représente très bien ce que j'ai ressenti 



21 commentaires:

  1. Quel bel article tu as écrit là, magnifique.
    J'ai ressenti les mêmes choses que toi.
    J'ai également pleuré.
    Ce livre est magnifique, une fois terminé, j'en ai fait cadeau à médiathèque justement, pour partager, car cette histoire est superbe.
    Superbe chronique.
    Des bisous, mouahhhh :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci ma Milie, j'ai sué pour écrire ce que je ressentais et je ne suis pas satisfaite, il faudrait faire une video pour ce genre de livre ;)
      Gros bisous

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma PAL, il faut que je pense à l'en sortir ! merci du conseil, je pense que je vais faire les provisions de mouchoirs car me connaissant et vu ton avis, je risque de pleurer un bon moment !
    J'ai vu que tu lisais "beautiful dark" sur Goodread, il te plait ? je le commence juste...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour nos étoiles contraires oui je pense que les larmes sont inévitables , mais c'est un très très beau livre ;)
      Beautifull Dark il est au même point depuis un moment , je n'aime pas trop non, je suis déçue, je le trouve "plat" je l'ai abandonné ^^, je le reprendrai plus tard ;)
      Là j'ai lu en rage de toi et à deux pas de chez toi de Adeline Dias , j'ai aimé les 2
      Je vais commencer confidence d'une jeune fille en colère :)
      Bisous ♥

      Supprimer
  3. Très belle chronique, qui a su me replonger dans ce magnifique livre ♥

    RépondreSupprimer
  4. Un livre qui plait beaucoup. Le film aussi me donne envie.
    Je ne sais pas si je le lirais un jour, ça me rappelle trop mon boulot. Mais peut-être qui sait un jour :)
    En tout cas, je trouve que tu décris très bien tes sentiments durant ta lecture♥

    RépondreSupprimer
  5. Une bien belle chronique pour un magnifique livre <3

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que ce livre est magnifique , merci Olivia

      Supprimer
  6. Très bel article :) !!! J'ai adoré ce roman !!! C'est un magnifique livre qu'il faut absolument lire !!!

    RépondreSupprimer
  7. Merci :) oui en effet il faut le lire !

    RépondreSupprimer
  8. Un coup de cœur pour moi aussi ! Super chronique ! :)

    RépondreSupprimer
  9. du même avis que toi, un superbe livre à coté duquel il ne faut pas passer

    RépondreSupprimer
  10. Ca fait lontemps qu'on m'en parle et j'ai honte, je ne l'ai pas encore acheté. Ta chronique est très belle en tout cas et convaincante. Je le lirai sans doute !

    RépondreSupprimer
  11. Il a vraiment l'air sympathique ce livre ! Il m'attend sagement dans la bibliothèque, je vais bientôt l'en sortir. Belle chronique :)

    RépondreSupprimer
  12. Merci à toutes les 3, Wolfsrain c'est vraiment un livre à lire , j'espère que tu le liras un jour et que tu l'aimeras autant que moi :)
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
  13. j'avais entendu de jolies choses de ce roman mais j'avoue que je ne l'ai pas encore lu. Il semble qu'il faille que je le fasse! Merci

    RépondreSupprimer
  14. Il m'attend sagement à la médiathèque... J'ai vraiment hâte !!

    RépondreSupprimer
  15. C'est vrai qu'il n'y a pas de mots pour décrire ce livre, moi j'avais tellement de mal à exprimer mon ressenti que j'y ai passé des heures ! ^^
    Superbe article et bonnes futures lectures !! ^^

    RépondreSupprimer

Un petit commentaire fait toujours plaisir ♥ Merci 😊

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...