lundi 23 octobre 2017

Le songe de Tarryn Fisher


Helena vient juste de terminer l’université, elle est couple depuis plusieurs années avec Neil. 
Sa meilleure amie ; Della, elle est en couple avec Kit. 
La vie d’Helena semble toute tracée jusqu’à ce qu’elle fasse un rêve où elle se voit plus tard en couple avec Kit.
Ce rêve la perturbe énormément au point qu’elle remet peu à peu sa vie ou sa santé mentale en question.


Directement, dès les premières pages, j’ai été embarquée dans le roman, ou ; devrais-je dire dans le rêve d’Helena ?

C’est incroyable comme j’ai pu entrer dans son rêve et me poser 36 mille questions sur ce qu’il se passait.
Quand Helena se réveille avec ses doutes et ses questions on n’a qu’une envie : comprendre ce qu’il se passe ; comment et s’ils vont être réunis, Kit et elle.

Della, je l’ai détestée ;ce n’est, pas bien je sais, mais d’emblée je l’ai prise en grippe tout comme Neil d’ailleurs.
Della est égoïste ; le type de fille avec qui je ne pourrais pas m’entendre ; elle ne pense qu’aux garçons et à sa petite personne, tant pis si Helena a prévu autre chose que de la réconforter c’est Della qui passe avant tout. 
Neil, il est fade tout simplement. 
Kit, quant à lui ; si j’ai aimé certains traits de son caractère, j’ai eu du mal avec son côté lâche et encore que sur la fin du livre. 
Helena, je l’ai adorée, c’est une fille imparfaite qui ne la rend que plus parfaite à mes yeux ; elle a énormément d’humour et elle blague autour du thème Harry Potter.
Comment vouliez-vous que je ne l’aime pas ? J’ai eu envie de la voir heureuse ; qu’elle réussisse dans les buts qu’elle s’est fixés. 
Alors oui, il y a quelques stéréotypes, je sais, mais moi ça a complètement fonctionné, j’ai ressenti beaucoup d’émotion dans la deuxième partie du roman.
La ville de Port Towsend m’a conquise, l’auteure la décrit si bien que si je pouvais je ferais mes valises tout de suite pour aller voir de mes propres yeux les lieux par lesquels notre héroïne va passer.

Un autre personnage rencontré là-bas m’a beaucoup plu, je ne vous dis pas son prénom, car je ne veux pas spolier les futurs lecteurs.
Annie, j’ai complètement craqué pour elle. Je ne vous dis pas non plus qui c’est, je ne peux pas.
Oui, on peut reprocher quelques facilités que prend l’auteur, oui, certaines choses qui arrivent à Kit et Helena sont clichés, on dirait que tout se ligue contre eux, mais à côté de ça il y a aussi un très joli message que je vous mets en citation ci-dessous.

Ne soyez pas contrariés par le fait de ne pas pouvoir atteindre le bonheur en permanence. 
C'est le meilleur moyen de sentir sa vie en échec. 
Si chacune de nos vie représentait une page d'un livre, le bonheur en serait la ponctuation. Elle met un terme aux passages qui s'éternisent. Referme certaines choses, en divise d'autres. (...) 
Se sentir bien est un état constant bien plus atteignable. 
Apprécier son sort sans pour autant être ivre de bonheur. 
Une acceptation courageuse et décidée, libérée de tout amertume. 
Être tendre avec soi-même. Accueillir les bas afin de pouvoir vraiment apprécier les hauts

Tarryn Fisher m’a fait rire et monter les larmes, pas de gros sanglots, mais les larmes aux yeux si. Que voulez-vous ? J’ai un petit cœur moi.
J’ai adoré l’humour qu’Helena utilise pour se protéger, je me reconnais bien là, j’ai aimé ses faiblesses et je n’avais envie que d’une chose : que tout aille bien pour elle.
J’ai aussi rêvé, en même temps qu’elle 😊


Même si notre morale nous fait poser des questions sur ce que peut faire Kit ou Helena, que l’on se pose la question est-ce vraiment bien ? Je n’avais envie que de lire un heureux dénouement ; je les ai tellement aimés ces deux-là que ma morale et mes questions je les ai posées de côté et puis, que faire contre le véritable amour ? 
Peut-on réellement passer outre son bonheur au bénéfice de quelqu’un d’autre ?

Une première partie où on lit l’amour impossible de nos deux héros et une seconde où la souffrance, l’émotion sont au rendez-vous. L’auteure ne leur épargne rien, ni à nous, lecteurs.

Une héroïne qui évolue et prend conscience de sa force une fois qu’elle est éloignée de tous ses repères et un héros, qui, a de gros défauts, mais au final je lui pardonne, même si j’ai eu envie de le secouer et de lui dire d’ouvrir ses yeux et de se décider une bonne fois pour toutes. 
Tout comme Helena ; Kit a ses défauts et pour moi ; ces êtres imparfaits sont des personnes que l’on peut rencontrer et donc très crédibles.

Tarryn Fisher va vous faire douter si le rêve du début du rêve était un « songe » prémonitoire, si c’est son inconscient qui s’était rendu compte avant elle qu’elle avait des sentiments pour Kit


J’ai adoré ma lecture sans pour autant avoir un coup de cœur.
J'ai rêvé, pleuré, souri, ragé et dévoré ce roman. 

Le songe de Tarryn Fisher - New Romance - 400 pages, 17€ - Édition Hugo Roman, collection New romance. En librarie le 19 octobre 2017

vendredi 20 octobre 2017

[Avis] Une fois dans ma vie de Gilles Legardinier



Gilles Legardinier, j’en ai entendu beaucoup parler, j’ai lu énormément d’avis sur ses livres précédents, mais « Une fois dans ma vie » est le premier roman de l’auteur que j’ai entre mes mains. Force est de constater que sa réputation est amplement méritée.
Vous avez envie d’un roman où vous allez rire et pleurer ? Ce livre est fait pour vous.
Un bon livre feeling good comme je les appelle.

Le décor : un théâtre sur le point de devoir fermer ses portes
Les principaux protagonistes : 3 femmes d’âges différents et amies dans la vie, partageant ce même amour pour le théâtre. Juliette, Céline et Eugénie, l’héroïne de ce roman.
Toutes 3 sont en quête du bonheur. Céline mère célibataire d’un garçon de 12 ans ne s’épanouit plus dans sa relation avec un homme marié ; Juliette batifole telle une abeille de fleur en fleur jusqu’à ce qu’elle rencontre Loïc tandis qu’Eugénie ne trouve plus sa place dans la vie, mariée à Victor, leurs enfants sont grands et sont partis du foyer voler de leurs propres ailes. 
Elle ne sait plus quoi faire de son temps, elle se pose sans cesse cette question qu’à t elle accomplit jusqu’ici ?

Avec beaucoup d’humour, de sensibilité et d’émotion Gilles Legardinier, retrace, non seulement, le destin de ces 3 femmes, mais aussi de toute la compagnie du théâtre.
Des tranches de vie, des destins qui se jouent non pas sur scène, mais dans la vie, des gens qui ont endossé un costume qui n’est pas forcément le leur ou qui joue un rôle qui ne leur convient pas.
On oscille entre rire et larmes, écrit en simplicité, mais en toute sincérité et force de vérité l’auteur nous livre de beaux messages. 
Pas d’immenses réflexions, mais des pensées simples, mais nécessaires. 
Il en aborde à travers chacun des protagonistes qui forment la troupe du théâtre ainsi que les machinistes, techniciens, ouvreuses, guichetiers. 
C’est toute la vie qu’il nous décrit, chacun mène sa vie en dehors du théâtre que l’on soit danseur ou couturière, gardienne ou technicien. 
Qui peut se targuer de connaître tous ses collègues ?

Situations cocasses, jeux de mots, dialogues rendent ce roman léger malgré les thèmes parfois graves évoqués. Il nous raconte la vie, celle du commun des mortels, avec ses hauts et ses bas.
Il nous raconte aussi que dans théâtre il y a compagnie et que ce n’est pas seul que l’on peut faire face à l’adversité.
Qu’ils soient principaux ou secondaires, il nous offre une palette de personnages très touchants. Tous ont leur rôle à jouer.
Vous-même vous avez l’impression de faire partie de la troupe, d’être spectateur de ce qui se joue devant vos yeux.


Sans être un standing ovation je suis ravie d’avoir lu ce roman, j’ai passé un très bon moment de lecture cocooning. 

Une fois dans ma vie de Gilles Legardinier - Roman contemporain - 430 pages, 19.90€ - Édition Flammarion, en librairie le 4 octobre 2017
jeudi 19 octobre 2017

[Rendez-vous] Throwback Thursday Livresque #4


Qu’est-ce que le Throwback Thursday livresque ? Un rendez-vous que Bettie Rose Books a crée en 2016 pour permettre à chacun de partager une lecture ancienne ou plus récente au choix, mais toujours sur un thème très vaste. 
Rien à voir avec le TTT qui lui demande 10 livres et parle parfois au futur. 


Non le Throwback comme son nom l’indique, invite à se replonger dans nos plus jolis souvenirs livresques.
Toutes les semaines Bettie Rose Books propose un thème, cette semaine c'est : 


Vous n'allez pas être étonné, du moins pour les lecteurs qui me connaissent bien, je vais parler d'un des livres de mon auteur thriller préféré, celui dont je lis tout depuis ses débuts il s'agit de Sire Cedric et pour le livre j'ai choisi par rapport à la couverture : De fièvre et de sang 


Résumé : 

Une jeune fille se réveille entièrement nue et entravée sur un matelas couvert de sang.

Elle sait qu'elle va mourir, toute tentative de fuite semble inutile. La douleur n'est rien en comparaison de la peur panique qui s'est emparée d'elle... 

Le commandant Vauvert mène l'enquête en compagnie d'une profileuse albinos, Eva Sviirta. Personnage excentrique et hors norme, Eva a un véritable sixième sens qui fait d'elle une redoutable traqueuse de l'ombre. Ensemble, ils vont tenter de remonter la piste d'un tueur en série qu'ils croyaient mort et qui a pour habitude de vider entièrement ses victimes de leur sang.


S'agit-il d'une réincarnation, d'un spectre, d'un homme, d'une femme, d'une créature d'un autre monde ? Suspense, angoisse, horreur, sensations étranges, crises de démence, folie meurtrière, rite satanique... 

Un thriller oppressant qui entraîne ses lecteurs au-delà de la raison. 

Alors connaissez-vous l'auteur ? bon jeudi à tous :) 

[Avis] Origines de Dan Brown



Encore un auteur dont je lis systématiquement chacun de ses livres depuis que j’ai lu DaVinci code il s’agit bien sûr de Dan Brown.

Origines est le 5e roman ou apparaît son personnage fétiche, rencontré lui aussi pour la première fois dans le Da Vinci code, Robert Langdon.

Pour les fans de l’auteur ils seront comblés, on retrouve exactement les mêmes codes que dans ses précédents romans, un nouveau pays, ici, l’Espagne, ami de Robert Langdon en difficulté et une jolie femme. 
Si à la longue cela peut lasser, force est de constater que même si je sais que son procédé d’écriture n’est pas révolutionnaire je ressors une fois de plus comblée par ce roman.
Ce n’est pas un coup de cœur, car je ne l’ai pas autant apprécie que son premier livre, qui reste le meilleur pour moi, mais une très très bonne lecture quand même.

Un ami de Robert Langdon, Edmond Kirsch, célèbre futurologue, l’invite à une soirée au musée d’art contemporain de Bilbao où il s’apprête à révéler une découverte majeure qui risque de mettre le monde en émoi. 
Il compte répondre aux questions que tout être humain s’est un jour posées : d’où venons-nous et où allons-nous. 
Dans une fabuleuse mise en scène son et lumière et images de synthèse Edmond Kirsh ne peut faire son annonce en direct comme prévu. 
Robert Langdon et Ambra Vidal, la directrice du musée, amie elle aussi de Edmond décident de tout faire pour que ces révélations soient diffusées, mais ils ne savent pas dans quoi ils ont mis les pieds ni à quel point leurs ennemis sont puissants. 
Dans cette quête ils seront aidés par Winston, secrétaire particulier (dans les 2 sens du mot) de Kirsch.

Ce que j’aime chez Dan Brown c’est son érudition, les recherches qu’il effectue pour ses romans. 
Les descriptions des lieux sont chaque fois incroyables si dans plusieurs des ses romans j’avais déjà visité les villes où se déroulaient le roman ce n’était pas le cas de celui-ci et pourtant, Barcelone m’est apparu devant les yeux, j’ai marché dans les pas de Robert Langdon dans le musée Guggenheim, une visite quasiment virtuelle. Depuis j'ai envie d'aller à Barcelone et Bilbao.

Ce que j’aime aussi c’est sa manière d’opposer la science à l’église, et toutes les démonstrations, faits avérés dont il se sert pour vous entraîner dans son intrigue.
Dans ce roman vous côtoierez Darwin, Lamarck, Copernic, vous observerez les œuvres du peintre Miro, les architectures célèbres dans le monde entier de Gaudi et plus particulièrement la Sagrada Familia, vous lirez des citations de Churchill. 
Pour ce qui est de l’église, vous lirez les réactions d’hommes de confessions différentes (catholique, juive et musulmane), de l'église Palmarienne, vous lirez la philosophie de Nietzsche. 
De nombreux faits historiques, mais aussi beaucoup de nouvelles technologies scientifiques et informatiques.

J’ai adoré suivre Robert, Ambra avec l’aide de Winston, je me suis fortement attachée à ce dernier. 
L’écriture reste fluide même si certains passages sur la physique ou l’informatique sont plus ardus.
Qui veut leurs morts ? Le futur Prince d’Espagne, ce Régent dont on ne sait rien, mais qui donne ses missions à l’amiral Luis Avila, l’archevêque Valdespino ? Qui se cache derrière le pseudo monte@iglesia.org qui diffuse de nombreuses informations sur le site conspiracy.net ?

Si j’ai adoré tout ce qui est artistique, scientifique et historique, 2 choses m’ont chagrinée, la première c’est la présence de la future reine d’Espagne en la personne de Ambra Vidal, cela n’apporte rien au récit, à part le doute que la cour d’Espagne soit mêlée de près ou de loin à l’intrigue, mais elle aurait pu être tout simplement la directrice du musée. 
La seconde est la fameuse révélation que le roi d’Espagne fait à son fils, je m’attendais à quelque chose d’incroyable, mais c’est tombé comme un cheveu dans la soupe.
Par contre tout le reste j’ai adoré même si un de mes soupçons s’est révélé juste. 
On sent le travail de recherches derrière le roman. Le suspens est constant j’ai dévoré les 565 pages du roman en 2 jours.

À lire pour tous les amateurs de l’auteur, pour toutes les personnes qui aiment que le thriller soit historique, scientifiques, de près ou de loin.

Origines de Dan Brown - Thriller - 576 pages, 23€ - Edition JC Lattès, en librairie le 4 octobre
mercredi 18 octobre 2017

[Avis] Sirius de Stéphane Servant



Kid, je vais m’adresser à toi, toi, qui du haut de tes 5 ans plus ou moins, de toute façon je ne pense pas que tu attaches grandes importances aux chiffres, tu as donné une magnifique leçon de vie à l’adulte que je suis.
Ce soir en regardant les étoiles je penserai à toi et je chercherai s’il y a une "zetoile filante". Oh Kid combien tu vas me manquer, toi, Avril, Un, Esope, Sirius et Artos.
Merci à ton créateur, Stéphane Servant d’avoir encore une fois, apporté tant de magie durant ces quelques heures où j’ai cheminé à tes côtés.

Dans ma vie de lectrice, il y a des livres qui m’ont marquée, celui-ci en fait partie, j’espère pouvoir le transmettre, répandre tes mots, ton innocence tout en sagesse, ta bienveillance autour de moi. Toi, petit bonhomme, tu as tout compris en la vie. Merci.

Stéphane Servant nous entraîne dans un récit post-apocalyptique ; roman destiné, à la base pour les adolescents je le conseillerais à tous les adultes amoureux des mots, bienveillants, amoureux de la nature et de tout ce qu’elle a à nous offrir de beau, des arbres aux animaux.
Il signe une fois de plus un roman d’une immense beauté, on retrouve son langage empreint de poésie, d’image, d’onirisme. 
Tout en simplicité il vous fait réfléchir sur la bêtise de l’homme, sa méchanceté surtout envers ce qu’il ne comprend pas, la nécessité de ce retour aux sources, de tendre l’oreille, d’ouvrir ses yeux bien grand pour voir, tellement voir et ressentir tout ce qui est beau autour de nous. 
Que l’amour existe, même entre des êtres de natures différentes, qu’il n’est pas impossible de communier avec la nature, de comprendre ses animaux. 
Il nous pousse au questionnement autour de la culpabilité, de la tristesse, de la vie simple au lieu de toute cette société dé surconsommation.

Vous allez suivre Kid et Avril, réfugiés dans un chêne majestueux depuis plusieurs années ils vont, un jour, rencontrer Sirius. 
Obligés de fuir leur refuge, ils s’engagent dans un road-trip. 
Au cours de leur voyage ils rencontreront des hommes bons comme le conteur, diront adieux à d’autres comme Madame Mô pour accomplir leur destinée.

Alors oui c’est avant tout un roman d’aventures et de complicité avec les animaux à travers le personnage de Kid, mais c’est aussi la plus belle fin du monde qu’il m’ait été donné de lire.

Les réflexions sont fortes, intenses, bouleversantes, j’ai pleuré et j’ai ri. 
Le personnage de Kid, ce petit garçon est entré au plus profond de mon cœur et n’en sortira pas.
Ce petit bonhomme vous posera des questions comme : en quoi l’être humain serait supérieur aux animaux, pourquoi s’acharner à détruire les forêts le poumon de notre terre, pourquoi s’entretuer parce que nous sommes de confession différente, de nationalités différentes ? 
Une profonde réflexion sur les croyances aussi. 
Est-ce que l’homme n’est pas le responsable de la destruction de la planète ? 
Tout ceci est dit avec simplicité et onirisme à travers les échanges et dialogues que peuvent avoir les principaux protagonistes, pas de jugement posé, juste des constats, à vous d’adhérer ou pas ; pour moi, c’est un immense coup de cœur.
 La beauté est vue à travers l’âme et le cœur de Kid, le profond amour qui le relie à Avril et à ses compagnons d’aventures, le mal est vu à travers les étoiles noires.

Je ne peux vous en raconter plus, mais si, comme moi, les mots ont pour vous une importance particulière, si vous aimez la nature et les animaux ce livre est fait pour vous.

À lire de toute urgence et à parler autour de vous. 
Les vrais héros ne sont pas ceux auxquels on pense.
L’auteure, une fois de plus, m’a complètement conquise, un de mes rêves serait de le rencontrer pour juste lui dire merci. 
Si vous ne le connaissez pas, lisez-le, je vous assure, que vous ne le regretterez pas.


Collègues bibliothécaires, professeurs faites-le lire aux ados que vous côtoyez, imprégnez-vous de cette magnifique histoire. 

Sirius de Stéphane Servant - Young Adult/jeunesse - Aventures - Post-apocalyptique - 474 pages, 16.50€ - Édition Le Rouergue, collection épik - En librairie le 23 août 2017
mardi 17 octobre 2017

[Rendez-vous] TAG PKJ #1 Vos livres préférés

Bonjour mes liseurs, cela fait déjà plusieurs semaines que je regarde les tag de Pocket Jeunesse et j'ai décidé de les faire.
Aujourd'hui on va parler de nos livres préférés.
Prêt ?
C'est parti


1) Quel est votre livre one-shot préféré (livre en un seul volume qui n'a pas de suite)?

Hum, j'en ai plein des préférés, des livres que je garderai toujours, on va donc choisir un one-shot de cette année qui m'a particulièrement marqué 

Inséparables de Sarah Crossan chez Rageot 



2) Quelle est votre série préférée? (Si vous répondez Harry Potter, citez également votre 2e série livresque préférée.)

Pas harry Potter on a dit, bon ok alors ce sera, une seule c'est vache madame Pocket
Gardien des cités perdues de Shannon Messenger chez Lumen (j'en ai une autre mais je la garde pour une autre question :p pas folle la guêpe ^^)


3) Quel est votre auteur préféré?

1 seul auteur vraiment 1 seul ? pas un par genre ? bon ok alors ce sera Colleen Hoover


4) Quelle est votre meilleure lecture de l'année en cours ?

J'en ai eu plusieurs de coup de coeur cette année, on va parler du dernier dont vous avez eu la chronique ce matin Sirius de Stéphane Servant chez Le Rouergue. La plus belle fin du monde qu'il m'ait été donné de lire. Je n'oublierai jamais Kid ❤💔


5) Citez un livre dont vous n'attendiez pas grand chose et qui est finalement devenu l'un de vos livres préférés.

Sans hésitation Mille baisers pour un garçon de Tillie Cole chez Hachette, je m'attendais à une lecture jeunesse banale on va dire, ce livre m'a brisé le cœur, quel magnifique livre 


6) Quel est votre PKJ préféré?

Je la redoutais cette question, j'en ai plein des préférés, alors je vais placer ici une autre saga que j'adore il s'agit de Une braise sous la cendre de Sabaa Tahir chez PKJ évidemment ^^


7) Quel livre conseillez-vous souvent autour de vous?

Il fallait que je le place dans ce tag, le livre que j'ai le plus conseillé cette année est Quand on n'a que l'humour de Amélie Antoine chez Michel Lafon. Edouard je ne l'oublierai jamais ! 


8) Quel était votre livre préféré lorsque vous étiez enfant?

Celui que j'ai le plus lu c'était Charlie et la chocolaterie de Roald Dahl (et quasiment tous ses romans)


9) Citez un de vos livres préférés dans un genre que, normalement, vous aimez moins.

Je ne pense pas que vous serez étonné par mon choix, il s'agit de Lait et Miel de Rupi Kaur chez Charleston


10) Citez un de vos livres préférés que peu de gens connaissent.

Alors là j'ai vraiment dû réfléchir, c'est pas comme si les copines ne me tentaient pas avec leurs livres ^^ j'ai choisi ce livre acheté vraiment par hasard (oui à cause de la couverture) et que je trouve qu'on ne voit pas assez alors que le premier tome est sorti fin de l'année passée et le second cette année La reine du Tearling de Erika Johanssen chez JC Lattès . Si vous cherchez une bonne saga fantasy adulte lisez-là (le premier tome sort en poche demain chez Le livre de poche



Et voilà mes choix même si c'est un crève-coeur de devoir choisir un seul livre ou auteur lol et vous quels seraient vos choix ? 

[Avis] Mirror, Mirror de Cara Delvigne et Rowan Coleman


Je suis peut-être une des seules lectrices à écrire ceci, (quoique je n'ai pas encore été lire les avis des copines) mais, si j’ai voulu lire ce roman, ce n’est pas pour la célébrité de l’auteure ; je ne regarde jamais la TV (à part des séries), je ne suis pas du tout strass et paillettes, maintenant, oui, je sais que Cara Delvigne est un top-modèle international, mais si elle a accompli autre chose à part ce roman je ne suis pas au courant.

Son métier premier était indiqué sur le communiqué de presse ; je me suis dit pourquoi pas, une femme célèbre adulée apparemment par les adolescents ça peut être un bon moyen de leur donner envie de lire. 
Le pitch était intéressant, je me suis donc lancée dans ce livre sans aucun a priori puisque je ne connaissais absolument rien de l’auteure.

Me voilà donc embarquée dans le roman ; je vous le dis d’emblée, j’ai eu beaucoup de mal avec ce roman. 
Tout d’abord le langage utilisé, s’il se veut « jeune » il n’est pas utilisé tout le temps, du coup ça casse le rythme de l’écriture. 
Ensuite les thèmes, oui je suis totalement d’accord qu’il est important de parler de sujets forts et sans tabou avec les ados, j’en ai 3 à la maison donc pour moi aucun souci là-dessus sauf quand ces thèmes sont abordés de manière à les banaliser, comme si c’était tout à fait normal et qu’il n’y ait aucune leçon à en tirer. J’ai trouvé l’auteure très maladroite dans sa manière de traiter de ses sujets (boulimie, scarification, anorexie, drogue, prison, alcoolisme, etc.)

Nous suivons Red, il est enfin épanoui depuis qu’il a intégré un groupe de musique rock « Mirror, Mirror » qui a son petit succès, un groupe monté à l’école avec Rose, Leo et Naomi. 
Ils sont devenus les meilleurs amis du monde, ils sont tout le temps à 4 et ensemble arrivent à surmonter leur difficulté. 
Tout bascule quand leur amie Naomi disparaît du jour au lendemain. Pour eux, c’est certain, ce n’est pas une fugue.
Nous allons les suivre dans l’après-disparition de Naomi. 
Au début du roman, tout est sombre, triste, ils sont désespérés, normal, leur amie a disparu. 
Peu à peu, la vie reprend son cours sauf qu’ils veulent eux-mêmes enquêter et c’est là qu’est le second point faible du livre. 
Tout ce que ces jeunes ados vont entreprendre pour retrouver leur amie est tiré par les cheveux, les ficelles pour arriver à se sortir des mauvais plans où ils se mettent sont trop grosses pour être complètement crédibles.

Malgré une intrigue de départ intéressante, je ne suis à aucun moment rentrée dans le roman.
Le point positif que j’en retire, car ce n’est pas un mauvais roman, c’est les thèmes abordés par le personnage de Red, je n’avais pas deviné au début, quand je l’ai su j’ai ressenti beaucoup plus d’empathie et d’émotion pour notre narrateur. 
Là par contre, c’est un sujet qui est traité correctement et qui permet la réflexion.

Peut-être que Cara Delvigne a voulu aborder trop de thèmes et que, du coup l’intrigue principale perd en suspens, je ne sais pas, ce que je peux vous dire c’est que je lis énormément de livres Young Adult et que j’en tire moi-même des leçons, des réflexions, avec celui-ci malheureusement pas du tout ou trop peu.

Il plaira sûrement à un jeune public, mais attention aux thèmes abordés, non pas qu’il ne faut pas en parler, mais dans ce cas-ci, j’ai trouvé certains points, pas tous, pas assez expliqués ou juste survolés et plus grave pour moi, même si je n’ai pas d’œillère et que je sais qu’alcool et drogue circulent auprès des ados, faire passer le message qu’on en a besoin pour complètement s’amuser je ne suis pas d’accord.

Une lecture en demi-teinte, des points positifs, mais noyés dans les trop nombreux points négatifs. Trop d’incohérences, trop de cassure dans le tempo du roman.

La fin se finit sur un happy end qui est pour moi, encore une fois, ce n’est que mon ressenti, trop cliché pour être complètement crédible.

Je ne débattrai pas sur le fait que Cara Delvigne n’a pas écrit ce roman seule, je ne sais tout simplement pas quel aide ou la manière dont elle a travaillé avec Rowan Coleman.


Si je devais lui donner une note ce serait un 11/20, des choses intéressantes, mais noyées dans le trop-plein d’intrigues et une écriture maladroite, je n’ai pas dit mauvaise, elle reste fluide et simple. C'est certain ce roman je ne le conseillerai pas à des adultes alors que je l'ai déjà fait pour d'autres du même genre. 

Mirror, Mirror de Cara Delvigne et Rowan Coleman - Young adult - 416 pages, 18€ - Édition Hachette, en librairie le 4 octobre 2017
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...